mercredi 29 février 2012

Pour en finir avec Anonymous

Bon, il parait qu'on vient d'arrêter 25 membres d'Anonymous. Soit. Des membres "proéminents" même. Il y aurait l'organisateur de l'infrastructure (on devine que c'est un mot pour désigner le webmaster) des sites hispanophones Anonymous. Dans certains journaux on croirait lire l'arrestation des chefs d'Al-Quaïda Espagne-Amérique Latine. D'après les autorités Espagnoles, Anonymous serait même considéré comme une menace par l'OTAN.

J'ai un scoop pour vous, je prends l'entière responsabilité de dévoiler cette donnée pourtant publique au monde, et de faire le boulot que les journalistes ont l'air déterminés à ne pas faire : Anonymous est une blague. C'est une plaisanterie, peut-être la plus réussie de ce siècle. Laissez moi vous raconter l'histoire.

On doit la conception de cette blague au forum d'échange d'images 4chan. "Anonymous", c'est le nom des gens qui postent sur 4chan sans donner leur nom. C'est le nom par défaut, c'est donc l'auteur d'une grande partie des messages. Parler d'Anonymous comme d'une personne (généralement psychotique, amnésique, perverse mais disposant d'énormes ressources) était une blague récurrente.

Comme sur beaucoup de forums, il arrivait que les membres décident d'aller influencer en masse un vote en ligne, ou un autre forum. D'une façon assez logique, Anonymous revendiquait ces actions. L'iconographie d'Anonymous a longtemps été le costume d'affaire sans tête ou avec un point d'interrogation à la place de la tête. Le film 'V pour Vendetta' y a ajouté le masque.

La conception a eu lieu sur 4chan, mais on doit l'accouchement à Fox News, cette chaîne d'"investigation" Américaine qui n'a jamais laissé la vérité se mettre au travers d'un bon coup médiatique. Débarquent donc les journalistes de Fox News, qui ne comprennent strictement rien à ces pratiques et qui se retrouvent malgré eux complices de la blague. Nous sommes en 2002. Que se passe-t-il quand vous demandez à "Anonymous" sur 4chan qui il est et ce qu'il peut faire ? Bien évidemment il répondra n'importe quoi et un journaliste peu scrupuleux n'aura qu'à piocher la version qui l'arrange. Aussi, quand un reportage accuse Anonymous d'être une puissante conspiration secrète de hackers, nombreux sont ceux à avoir abondé dans le sens de la blague et à en rajouter, quitte à revendiquer des choses saugrenues. Ce reportage a d'ailleurs été tellement bien accueilli que pendant un moment 4chan a adopté comme slogan le nom que lui avait attribué ce reporter : "Internet hate machine". (Vous pouvez trouver ce morceau d'histoire ici via ce lien youtube)

Où en sommes nous maintenant ? Certaines choses revendiquées par Anonymous dépassent le stade de la blague et sont des actions franchement politiques. Grâce à ces journalistes qui ne comprennent rien à Anonymous, une identité s'est créée, ce que certains appellent un 'Stand Alone Complex' (nom tiré de la série Ghost In The Shell décrivant un mouvement un peu similaire dans son émergence) et qui parvient à s'entretenir grâce à un mécanisme très simple : En prenant l'étiquette 'Anonymous', un activiste ou un groupe d'activistes s'attire immédiatement une certaine attention médiatique. Il n'y a pas d'autorité centrale, pas de chef, pas de porte-parole, en fait pas de groupe derrière ce masque. Il n'y a aucune solidarité implicite entre les différentes personnes qui le portent.

La seule condition pour prétendre au masque d'Anonymous est d'être anonyme. Il ne faut pas sortir de l'ENA pour comprendre qu'il serait dangereux de traiter ce mouvement de mouvement terroriste comme semblent le désirer certains. Si le seul fait de souhaiter l'anonymat est une marque de sympathie pour un mouvement terroriste, de nombreux débats politiques deviendront impossibles. La possibilité de communication anonyme est une condition nécessaire à la démocratie.

6 commentaires:

john a dit…

Mouais, ça a peut-être commencé comme une blague, ça ne veut pas dire que c'est voué à en rester là.

Ivanhoe a dit…

@john : certes, mais il faut comprendre d'où vient l'idée que c'est uns conspiration mondiale de pirates anarchistes : de la blague originale. Bien sur que ça a évolué, c'est ce que je dis...

John a dit…

Qu'importe ce qu'était Anonymous à l'origine, le concept a de loin dépassé le stade de la blague pour devenir un véritable mouvement qu'on peut bel et bien qualifer de terroriste. Anonymous ça n'est pas tout à fait personne, Anonymous ça désigne toutes les personnes qui se revendiquent de ce nom. Les journalistes ont peut-être leurs torts, mais ils ne sont pas derrière les personnes qui prennent le visage d'Anonymous pour commettre des actes illégaux.

John (avec un "J" majuscule)

Yves Quemener a dit…

@John-avec-un-J, je pense que vous n'avez pas bien compris ou lu cet article. Mettre tous les Anonymous dans le même sac, c'est comme mettre tous les criminels ou tous les Français dans le même. C'est idiot, contre-productif et même dangereux.

John a dit…

Non, ce qui est idiot, c'est de se revendiquer d'un mouvement qui n'a aucun principe et qui, de fait, donne lieu à toutes les dérives possibles, à moins d'adhérer à ces dérives justement. Si on estime que la fin ne justifie pas les moyens, on va voir ailleurs et on évite de s'acoquiner avec ce genre de mouvement.

Anonyme a dit…

Et finalement, on ne fais plus rien... on s'assieds et on attends que le temps passe et de partir aussi vide (oui vide) que l'on est venu...
Bien qu'a vos yeux ces gens soient des terroristes, des vandales, des saltimbanque ou autre, il y'a des gens qui voudraient faire évoluer les choses et si l'anonymat peu le permettre, pourquoi pas !